Homélie du 25 novembre 2018, fête du Christ Roi de l’Univers

Fête du Christ, Roi de l’Univers     25 novembre 2018

Daniel 7, 13-14 / Psaume 92 (93) / Apocalypse 1, 5-8 / Jean 18, 33b-37

Aujourd’hui, avec la fête du Christ Roi de l’Univers, nous achevons une année de la foi en célébrant notre Seigneur Jésus-Christ recevant de son Père toute puissance et gloire.

D’une certaine manière, nous sommes bien content pour Lui et même, nous sommes un peu honorés que ce soit notre Seigneur qui bénéficie de ces titres !

Mais en quoi cela éclaire-t-il notre quotidien ou notre prière de croyant ?

Dans le récit de Daniel (1ère lecture), nous avons pu remarquer que Celui qui reçoit tous les insignes de la royauté ne les prend pas de lui-même, mais il les reçoit. Etrange roi qui ne s’impose pas par la force mais qui accueille dans l’humilité. Notons alors ce curieux paradoxe de l’alliance de la puissance et de l’humilité auquel nous reviendrons tout à l’heure.

Le Psaume 92 nous a fait acclamer la magnificence de Dieu, c’est-à-dire sa grandeur généreuse, dont il s’est revêtu. Retenons, la notion de générosité.

Le passage de l’Apocalypse célèbre le Souverain des rois de la terre qui a été transpercé et sur qui tout le monde fait une lamentation. Là encore, curieux paradoxe mêlant la gloire et la Passion de Jésus.

Enfin, l’Evangile nous montre Jésus, humilié, menotté et traîné devant une autorité d’occupation, qui s’interroge sur sa royauté. Le passage s’achève sur le mot « vérité ». Nous savons que ce qui suit, c’est la question de Pilate : « Qu’est-ce que la Vérité ? »

Quel est donc ce grand roi que nous célébrons pour clore notre année ?

Relisons notre année : est-elle royale ? Quelle est la vérité de notre année, celle avec un petit « v » et celle avec un « V »majuscule ?

Avec un petit « v », ce n’est peut-être pas très brillant ! Nous avons vécu tant de choses depuis un an : des journées très ordinaires de travail, de vie de famille ou de solitude, d’événements heureux ou attristants, des passages marquants peut-être, comme d’entrer au collège ou au lycée, ou de changer de travail ou de logement, d’accueil d’un enfant ou aussi de deuil. Une seule chose est certaine : nous avons tous vieilli d’un an !

Et maintenant, mettons un grand « V » majuscule à notre année : qu’avons-nous vécu avec Jésus ? Où a-t-il été présent dans notre année ?

Le plus évident, c’est notre participation à la Messe, plus ou moins régulière : là, nous avons reçu la Parole de Dieu, nous avons reçu la Paix du Christ transmise par nos voisins de messe et, pour la plupart d’entre nous, nous avons reçu le Corps et le Sang du Christ en communion.

Rappelons-nous : à certains dimanches, cette communion a été un peu distraite, comme un rituel qu’on accomplit sans trop y penser. Mais certaines fois, nous avons vraiment reçu une grâce de présence du Seigneur en nous, et cela nous a donnée une grand joie intérieure, un réconfort et une chaleur qui nous ont fait du bien. Bienvenue en moi, mon Roi, mon Sauveur et Seigneur qui prend ton pauvre disciple en amitié !

 

Mais allons plus loin dans l’examen de notre année avec Jésus.

Il y a eu les temps de prière, cette prière que nous faisons régulièrement dans notre chambre ou en famille, ou celle que nous faisons avec d’autres en petit groupe de croyants. Cette prière est précieuse parce qu’elle n’est pas obligatoire et prescrite comme la messe dominicale. On y offre au Seigneur un peu de son temps, un peu de son attention. On y écoute un passage de la Bible ou un mystère du Rosaire, on médite sur l’œuvre de Dieu.

Et puis surtout, on intercède pour plein de gens : ceux qui souffrent, ceux qui sont loin, ceux qui ont besoin de Dieu ou de justice, ou de guérison, ou d’amitié, ou de travail, etc. Oh comme c’est modeste, cette prière que l’on fait avec foi, mais parfois sans trop croire que les effets de la prière seront réels !

Est-ce que le Christ, Roi de l’Univers se soucie de cette humble prière chaotique et imparfaite ? Sans doute, oui, nous le croyons, nous osons le croire, même si c’est un peu dans la nuit. Nous osons croire que le Christ Jésus prend notre prière comme une énergie qui est mise à sa disposition pour faire du bien sur la terre.

Cela n’est pas visible aux yeux incroyants ni aux yeux du monde, mais c’est la force de la foi qui nous l’affirme : le Seigneur Jésus agit aujourd’hui pour que son Royaume grandisse et soulage les peines des hommes.

Et puis, ,il y a, dans l’année écoulée, les gestes d’amour que nous avons posés.

Oh, certes, nous n’avons pas posé que des gestes d’amour : nous avons paressé, jalousé, médit, volé peut-être, fait du mal, pas toujours intentionnellement, … Bref, ce n’est pas brillant dans l’ensemble. D’accord !

Mais nous avons aussi aimé, … vraiment. Revisitons intérieurement cette année d’amour.

De quoi est-elle faite cette année d’amour ? de don de soi, de confiance renouvelée au conjoint, aux enfants, de fatigues pour venir en aide à quelqu’un, proche ou inconnu, d’initiative pour créer un activité utile …

Et si nous regardons bien les gestes saints dont nous avons été capables, ne sont-ils pas tous des actes de service ?

Ah, si, parfois, on rend un service pour se faire valoir, se faire bien voir ; pour attendre le retour d’ascenseur. Mais là, nous savons bien que ce n’est pas du service, mais du troc ou de l’intérêt personnel égoïste ou orgueilleux. Laissons cela pour l’instant. Gardons seulement, à ce sujet, l’intention de demander pardon dans le sacrement de la confession et dans la conversion.

Mais ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain. Si nous sommes certes, des pécheurs, nous ne sommes pas que cela ; nous sommes aussi filles et fils de Dieu par le Baptême, capable d’actes du Royaume de Dieu !

Et donc, nous avons fait aussi du bien dans l’année : du bien en servant nos frères. C’est là la puissance du Christ, d’avoir réussi à nous faire aimer les autres ! C’est ainsi qu’il est Roi ! Si nous avons pu aimer, ne serait-ce qu’un tout petit peu, c’est par le Christ, Roi mort pour nous et ressuscité pour la gloire de Dieu, qui habite en nous !

Voyez comme avec Lui, le Fils de l’Homme, sont approchés du Trône tous ceux qui ont offert leur amour gratuitement, comment ces moments d’amour sont munificents, comme ils sont le premier et le dernier mot de la vraie vie, la Vérité avec un grand « V » majuscule, en somme !

Ce que nous célébrons, c’est l’accomplissement de la volonté éternelle de Dieu : le triomphe de l’amour par le service généreux du frère, ce que le Christ Jésus a rendu possible par sa Passion, sa Résurrection et son Evangile. Bonne arrivée au Ciel avec Jésus, le Roi de l’Univers !

Fr Michel Stœckel, chapelain