Homélie du Saint Sacrement

Dimanche 23 juin 2019 – Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ – année C

Genèse 14, 18-20 ; Ps 109 (110), 1-4 ; 1 Corinthiens 11, 23-26 ; Luc 9, 11b-17

Chaque dimanche lorsque nous nous retrouvons pour la Messe, nous rappelons ce que Jésus a fait.

Dans les lectures, tout d’abord et surtout dans l’Evangile, et ensuite dans la prière eucharistique avec la consécration du pain et du vin en Corps et Sang du Christ.

Mais si nous nous réunissons seulement pour ouvrir un album de photos, cela ne nous avancera pas à grand-chose ta va finir par nous lasser.

Lorsque Jésus nous dit : « Vous ferez cela en mémoire de moi », il ne s’agit pas de souvenir mais d’action présente.

Lorsque le lecteur a proclamé la 1ère lecture, il a réellement prêté sa bouche, sa voix et sa foi au Seigneur qui a parlé. D’ailleurs, il a fini sa proclamation par l’appel à notre reconnaissance : « Parole du Seigneur » et nous av s répondu : « Nos rendons grâce à Dieu. »

L’audace de notre foi est de croire que Dieu s’adresse à nous dans le présent à travers ces textes anciens pour entrer en dialogue avec nous et nous nourrir de sa Parole.

Prenons conscience à nouveau de cette merveille que le Dieu Créateur du ciel et de la terre ne craint pas de venir partager une rencontre de parole avec nous, pauvres humains mortels et indignes.

Au passage, si Dieu nous parle, cela mérite que nous y fassions attention et que nous écoutions vraiment. C’est pourquoi il est bon, et devrait même être nécessaire, de préparer nos cœurs et nos esprits à l’écouter en ayant préalablement lu les textes à la maison avant de venir à la chapelle, ce matin même ou au cours de notre prière de la semaine.

Après que nous aurons écouté, médité et actualisé ces textes bibliques, nous allons répondre au Seigneur par notre propre parole en redisant notre foi et en priant pour tous nos frères humains.

Et puis, comme Melchisédech roi de Salem,  nous allons apporter du vin et du vin avec nos offrandes qui seront consacrés dans la prière eucharistique.

Lorsque le prêtre prononce la prière, et particulièrement la paroles consécratoires, nous avons l’audace de croire que c’est Jésus lui-même qui prend ce pain et ce vin et qui affirme que désormais, ils sont son Corps et son Sang pour notre nourriture.

En effet, la veille de sa Passion, il a voulu rester avec ses apôtres et avec son Eglise tout entière et les garder en Lui au cours de sa Passion jusqu’au 3ème jour, jour de sa Résurrection.

Ce moyen comestible du pain et du vin est le véhicule par lequel il vient en nous et par lequel nous sommes pris en Lui. Un peu comme s’il nous serrait dans son sac à dos avant d’entrer dans un tunnel d’où il ressortira avec nous à l’autre bout.

Ce que Jésus a fait la veille de sa Passion, il le prolonge avec nous ici présent comme il le fait dans chaque Messe célébrée aujourd’hui dans le monde et dans chaque Messe célébrée partout depuis 2000 ans.

Aujourd’hui, Jésus est présent dans cette Eucharistie pour nous associer à sa Mort et à sa Résurrection uniques.

Il nous dit que son Corps est la vraie Nourriture et son Sang la vraie Boisson parce que c’est en consommant ce pain et ce vin consacrés qu’il nous unit à Lui et que nous acceptons d’être unis à Lui dans sa Passion et dans sa Résurrection.

Cela s’appelle la Communion.

En fait, Jésus n’a jamais que cela et ne continue à faire que cela : nous associer à Lui pour que nous soyons comme Lui en communion avec Dieu le Père. C’est dans toutes ses actions, ses paroles, ses signes et ses œuvres que Jésus s’offre sans rien retenir pour lui-même et se reçoit en toute chose de son Père. C’est cela la vie Trinitaire que nous avons célébrée dimanche dernier et qui nous est accessible par Jésus qui a parfaitement rétabli l’amour que nous avions rompu par le péché.

Ainsi, quand Jésus dit : « Vous ferez cela en mémoire de moi », il nus appelle à vivre chaque instant, chaque parole, chaque geste dans le même esprit que lui-même a vécu dans chacun de ses instants, chacune de ses paroles, chacun de ses gestes.

J’ai annoncé le Royaume de Dieu aux pauvres : allez annoncer le Royaume de Dieu aux pauvres !

J’ai guéri ceux qui souffraient dans leur corps ou dans leur âme : allez guérir ceux qui souffrent dans leur corps ou dans leur âme !

J’ai montré la générosité du Père aux noces de Cana, en multipliant les pains et les poissons : allez répandre dans mon peuple la générosité de Dieu que les puissants retiennent pour eux !

J’ai offert ma vie sans rien retenir pour moi pou le salut de tous : allez sans crainte donner ce que vous avez et ce que vous êtes pour que l’amour triomphe sur la haine, sans crainte de perdre votre vie ! Moi-même, je la ressusciterai.

A présent, accueillons la présence de Jésus le Christ dans notre assemblée, dans le pain etj le vin qui deviennent son Corps et son Sang.

Après la réflexion, adorons celui qui est infiniment plus grand et plus aimant que toutes les réflexions : Jésus présent pour nous dans l’Eucharistie.

Adorons-le, accueillons-le et vivons de Lui pour la gloire de Dieu et le salut du monde !

Frère Michel Stœckel