Chapelle en R-d-C

La chapelle sous toutes les coutures (ou presque)

Voici quelques photos de notre chapelle, le mieux étant de venir nous voir sur place 🙂

une chapelle vivante à taille humaine, au pied d’un immeuble dans une résidence de quartier, de beaux vitraux… sous la protection de Notre-Dame de la Confiance

Historique

La chapelle est située au rez de chaussée d’un immeuble de 10 étages dans un ensemble de 5 immeubles de ce type, datant des années 60 et rassemblant 300 logements.

Auparavant, la chapelle ND Confiance était souterraine dans cet ensemble et a été fermée en 1988 en raison de travaux pour le RER C qui devait passer là.

C’est alors que la chapelle a pris place là où elle est aujourd’hui, à la place d’une ancienne supérette, au rez de chaussée d’un des immeubles.

Vue du quartier en 1963 :

Histoire de la chapelle racontée par le Père Ledoux le 28/11/2010 :

Il y a cinquante ans, en 1960, c’était ici un terrain vague couvert de voies ferrées. La SNCF y construit des immeubles pour les cheminots. La paroisse Ste Marie des Batignolles décide d’assurer une présence d’Eglise au milieu de ces travailleurs français de culture chrétienne. Le 4 février 1966 le Cardinal Feltin érige officiellement la chapelle. Le quartier continue de se construire : rue de Saussure, rue de la crèche, rue des Tapisseries, rue Christine de Pisan, avenue de la Porte d’Asnières, Hauts de Malesherbes. L’immigration enrichit ce quartier de cultures et de religions différentes provenant surtout du Magreb et de l’Afrique.

Pendant ce temps, Eucharisties après eucharisties la convivialité avec le Seigneur s’approfondit dans la communauté, et nous allons en partager les fruits avec les habitants du quartier, cherchant à mettre de la convivialité là où il y a l’isolement, puis la méconnaissance qui mène à la peur et à la violence : organisation de fêtes, après-midi familiales pour personnes isolées, manifestations culturelles, concerts. A la fin du Ramadan, des chrétiens vont porter des lettres de vœux à une centaine de familles musulmanes. A Noël, à l’offertoire, nous présentons au Seigneur les dattes que des musulmans nous offrent, nous les partageons et mangeons à la fin de la veillée pascale. Hier, dans cette chapelle, participant avec les gens du quartier à la collecte de la Banque Alimentaire, nous étions en train de trier les denrées alimentaires que d’autres d’entre nous avaient quêtées à la porte des magasins.

Depuis six ans, plus de quatre vingt chefs Scout de France de vingt à trente ans, venant des quatre coins de Paris et d’ailleurs, ont animé le groupe scout « Paris la Confiance ». Ils prennent contact avec des familles, musulmanes, juives, chrétiennes, donnent généreusement de leur temps, de leur tendresse, de leur énergie, de leur compétence éducative aux jeunes du quartier, leur apprenant à dominer la violence qui surgit en eux, à grandir en liberté, à respecter les autres, à vivre ensemble. A travers la progression de ces jeunes, c’est tout le visage du quartier qui change.

Père Blanc, il m’arrive de cueillir ici les fruits de la présence au Magreb de mes confrères, des prêtres, des religieux, des religieuses, des chrétiens : des musulmans me disent ce qu’ils ont reçu au contact de l’Eglise chez eux, particulièrement dans les collèges chrétiens.

 

Lire aussi l’Article publié dans Petit Echo pour NDC en août 2015

 

 

D’autres informations sur l’historique de la chapelle

Le 4 février 1966, le Cardinal Maurice Feltin autorisait l’établissement d’une chapelle au centre de Culte Catholique situé dans l’ensemble dit « La Sablière » 164 rue de Saussure, « catacombe » en 1966.

Dans les années 1970,

Mgr. Michel Guyard, évêque émérite du Havre en 2016, était vicaire à Ste Odile. En même temps il était aumônier du collège qui, alors, s’appelait collège Berthier. Il faisait régulièrement le catéchisme dans « les catacombes » de l’escalier 1. Il présidera notre fête de Jubilé le 26/02/2017.

Acte de création de la chapelle

La chapelle sort des catacombes et s’installe à son emplacement actuel en 1987.

Un article de 1988 sur le choix du nom de la chapelle :

Les vitraux datent de 1990 et le Christ trouvé par le Père Waille à Ste Marie des Batignolles sont venus embellir notre chapelle et nous aider à prier.

 

A l’occasion du jubilé des 50 ans de la chapelle, nous avons pu aussi capter la rétrospective du Père Maurice Fourmond.

Nous conservons aussi un enregistrement de la présentation des vitraux par le maître verrier, Michel Guevel, qui les a réalisés en 1991. Nous contacter pour l’obtenir.

 

Le Père Waille

Le Père Bernard Waille est décédé le mercredi matin 29 octobre 2014 à l’hôpital du Val-de-Grâce, à l’âge de 89 ans, en la 63° année de son sacerdoce.

Il a donné un tiers de sa vie à la communauté. Pendant 30 ans, de 1972 à 2002, Chapelain de Notre Dame de la Confiance et Aumônier de Boris Vian il était entièrement disponible à tous dans son accueil sans faille. Il était, comme le dit l’annonce de son décès par le diocèse : “humble serviteur de l’Evangile, homme des Béatitudes, il vivait le détachement et la pauvreté, il portait un regard positif sur les personnes et les événements, Très soucieux des jeunes, en particulier en difficulté, il les a emmenés pendant de longues années en camp. Les jeunes l’avaient surnommé “le Padre””.

C’est toute une partie de la vie et de l’histoire de notre communauté qui part avec lui. Il a quitté La Confiance en 2002, pour rester autant qu’il le pourrait dans ses chères montagnes de La Toussuire. Il en revint en décembre 2012 pour aller à la Maison Marie-Thérèse. Là, “dans une joyeuse et paisible sérénité, ne se plaignant jamais, sa vie était un Magnificat.”

Ses obsèques ont été célébrées dans l’église Saint Dominique, 20, rue de la Tombe-Issoire, 75014, Paris, le mardi 4 novembre 2014 à 10h30.

Brigitte Cahen

Pilier rayonnant de notre communauté,
Brigitte nous a quittés le vendredi 2 octobre 2015 et ses obsèques ont été célébrées à la chapelle le 9 octobre 2015.

Robert Bonnes


Figure emblématique de notre communauté depuis sa création, de l’aumônerie, du Godillot Familial, du 164 rue de Saussure et du quartier, Robert est décédé le dimanche 18 mars 2018.
Ses obsèques ont eu lieu vendredi 23 mars à Saint Cyr sur Morin.